Questions à Paco LAPENA, co-président d’11bouge !

Interview Paco Lapena Carcassonne

Peux-tu te présenter en quelques mots stp ?!

Je suis Patrick Lapeña dit Paco , surnom que je dois à mes origines espagnoles. Je suis issu du quartier du Moulin d’Autan à Carcassonne, où j’ai appris beaucoup dans la rue avec tous les copains et copines, mais aussi grâce à la bienveillance des adultes qui s’occupaient de nous. J’ai eu la chance de vivre toujours en bande (famille de six enfants), dans  le sport, (rugby à XV, à XIII, foot, volley-ball,…), avec les différents groupes de musique de rue, d’associations culturelles (Comité Carnaval, Le Petassou – premier et seul café théâtre de Carcassonne dans les années 80,…). Cela m’a donné envie de travailler avec les autres et donc – au fil des ans –  d’essayer de prendre quelques responsabilités au sein des associations dont j’étais membre…

Pourquoi as-tu rejoins l’asso 11bouge ?!

Ayant connu l’association 11bouge du temps de Chapiteuf, je me suis retrouvé au sein de cette équipe en toute logique, car elle défendait – et défend toujours – des valeurs qui me conviennent = solidarité, permettre l’accessibilité de la culture à toutes et tous, l’enrichissement par la différence,… J’ai aussi décidé de me présenter à la présidence de l’association en duo avec Shani Grumbach pour aller plus loin dans mon engagement, et essayer de représenter au mieux l’énorme travail qui se fait dans l’association.

Des projets, des artistes, des actions “coup de coeur” ?!

Les projets ne manquent pas…tout d’abord, l’organisation de la saison d’11bouge. Ensuite, il y a les 20 ans de la Fanfare du Minervois qui ont été déplacé en raison de la crise sanitaire. Je suis aussi membre d’une association à Villar-en-Val qui se préoccupe de continuer à faire vivre l’extraordinaire écrivain Joseph Delteil. Il y a Tonton A Faim, la célèbre académie de musique de rue,…donc de quoi m’occuper encore quelques temps. J’essaie aussi de suivre les artistes qui travaillent sans relâche et j’aime beaucoup, le groupe Aquéles, trio à cappella. J’attends avec impatience le prochain Limoux Brass Festival de Limoux, cher à David Fernandez. J’ai également un coup de cœur pour les copains Bretons qui organisent un festival de musique de rue sur l’île d’Ouessant…

Comment vois tu l’avenir ?!

Je crois que les jeunes qui arrivent sont plein de bonnes idées et qu’ils ont aussi envie de partage. Il me semble que la crise sanitaire a malgré tout fait prendre conscience à beaucoup que la rencontre, la vie avec l’autre, le faire ensemble sont des éléments essentiels pour notre équilibre !